Space Invaders and Co. (2/4) – Warp’s Edge

Continuons notre petit tour d’horizon de jeux de plateau inspirés du célèbre jeu vidéo Space Invaders.

Dans un précédent article, après un rapide rappel de ce que sont Space Invaders et les « shoot’em up », nous vous avons présenté le jeu Bossin’ Space. Voici venu le tour de Warp’s Edge.

Les jeux Flipships et Under Falling Skies feront l’objet d’autres articles.

 

Jetons-nous dans la bataille avec Warp’s Edge

Warp’s Edge est un « shoot’em up » exclusivement pour un seul joueur. Le but est simple : vous avez 4 manches pour détruire le vaisseau mère, bien sûr après avoir pulvérisé au passage des vagues de vaisseaux plus petits.

La mécanique de jeu de Warp’s Edge repose sur du « bag building ». Non, ne partez pas, je vais vous expliquer ça que c’est. C’est très simple. Au début de chaque tour  vous allez piocher des jetons dans un sac. Ces jetons détermineront les actions que votre vaisseau effectuera. Par exemple, en jouant un jeton Laser de puissance 1, vous allez infliger 1 point de dégât à un vaisseau ennemi. Vous voyez, c’est facile ! Il existe des jetons Laser pour attaquer, des jetons Mouvement pour esquiver, des jetons Energie pour activer des équipements, recharger ses boucliers et acquérir des jetons plus puissants. Il existe aussi des jetons Spéciaux pour faire des actions… spéciales.

Comme on le voit sur la photo ci-dessus, les petits vaisseaux sont représentés par des cartes. Le vaisseau mère et votre propre vaisseau ont droit à des plateaux individuels.

De l’art d’améliorer son sac

Au début du jeu, votre sac contient essentiellement des jetons de faible puissance. Mais rapidement, vous allez gagner des jetons plus puissants et donc améliorer le contenu de votre sac.

Bien entendu, c’est en détruisant les vaisseaux ennemis que vous pourrez acquérir de nouveaux jetons. Oui, souvent dans les « shoot’em up » les ennemis ne sont pas trop rancuniers : ils vous offrent des bonus quand vous les explosez ! Bon, par contre, comme dans tout bon « shoot’em up » qui se respecte, les ennemis arrivent par vagues. En l’occurrence, Vous allez les affronter par paquet de 4.

De l’art d’atomiser ses ennemis

Comme écrit en haut de chaque carte de vaisseau ennemi, il y a deux moyens de le détruire. Soit en lui tirant dessus à l’aide de jetons Laser, soit en manœuvrant habilement avec des jetons Mouvement. Par exemple, pour vaincre ce scout, là à gauche, il faut au choix lui infliger 2 coups de laser et gagner un jeton Laser de puissance 1, ou manœuvrer pour 1 Mouvement, la récompense sera alors un jeton Energie de puissance 1.

Bien sûr, ce vaisseau est plutôt faiblard. Vous vous doutez bien que vous allez en rencontrez des plus coriaces !

Parfois, ils sont tellement coriaces qu’il vous faudra plusieurs tours pour en venir à bout. C’est contrariant, mais tant que vous leur faîtes des dégâts, ce n’est pas très grave. En effet, le tour où vous avez affecté au moins un jeton à un vaisseau ennemi, celui-ci est trop occupé pour vous attaquer.

De l’art de la contre-attaque

Oui, parce que même si parfois ils vous font des cadeaux, les ennemis ne sont pas des anges pour autant. Juste retour des choses, ils vont eux-aussi essayer de vous détruire. Ainsi donc, lorsque vous avez joué tous les jetons piochés, les vaisseaux ennemis vous attaquent. Sauf bien sûr, ceux que vous avez détruits ou venez d’endommager.

Quand ils vous font des dégâts, vous perdrez bouclier, coque et parfois de précieux jetons ! Par exemple, comme indiqué en bas de sa carte, le scout inflige 1 dégât. Oui, en plus d’être toujours prêts, les scouts se doivent d’être sympa.

De l’art de gagner ou de perdre

Comme dit dans l’introduction, votre but est simple : en 4 manches maximum, détruire la flotte ennemi, vaisseau mère compris. Une manche se termine lorsque vous ne pouvez pas piocher de jeton car votre sac est vide. A ce moment-là, vous allez remonter le temps jusqu’au début de la bataille et essayer à nouveau de tout réduire en confettis. En terme de jeu, c’est moins poétique : vous remettez tous vos jetons dans votre sac. Vous remélangez les cartes des vaisseaux ennemis vaincus dans la pile des vaisseaux ennemis et c’est reparti ! Sauf que ce coup-ci, vous êtes encore mieux équipés.

C’est là qu’on se rend compte que perdre des jetons en cas de dégâts est doublement fâcheux. Déjà, c’est contrariant de perdre un jeton puissant, mais surtout ça diminue vos chances de succès.

De l’art de la diversité

Vous pourrez choisir votre vaisseau parmi 4 différents, chacun bien entendu ayant ses caractéristiques propres : jetons de départ, solidité de la coque, nombre de boucliers, et parfois un pouvoir spécial. A chaque partie, vous pourrez en plus personnaliser votre vaisseau à l’aide de cartes d’habilité. Dans le même esprit, selon le niveau de difficulté désiré, vous choisirez un vaisseau amiral ennemi parmi 6.

Cerise sur le vaisseau, un petit livret d’histoire dont vous êtes le héros propose différentes mises en place du jeu.

De l’art d’en savoir plus

Si vous voulez plus de détails, vous trouverez règles et critique dans une vidéo en français à cette adresse :
https://www.youtube.com/watch?v=50xPpT-dH1A

Et pour voir à quoi ressemble une partie voici l’adresse dans une vidéo également en français à cette adresse :https://www.youtube.com/watch?v=ywRwdh_Q6uU

 

Warp’s Edge est un jeu de Scott Almes.

Les illustrations sont de Tyler Johnson.

Il est édité par Renegade France.

Il est prévu pour 1 joueur.

Il est recommandé à partir de 10 ans.

La durée théorique moyenne d’une partie est de 10 minutes.

2 réflexions sur “Space Invaders and Co. (2/4) – Warp’s Edge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *