Jouons, observons, réfléchissons

Ça ne va pas. Je le sens au plus profond de moi. La journée n’a pas vraiment commencé qu’elle a déjà mal commencée. Une douche chaude me ferait sans doute du bien, mais à quoi bon, je sais que l’eau sera trop humide.  Soudain l’espoir renaît : si je m’achetais le jeu que j’ai repéré il y a quelques temps. Je me sens déjà un peu moins mal. Allez après le boulot, j’irai dans ma boutique préférée. Pirouette magique, miracle biochimique, les nuages qui obscurcissent mes pensées s’écartent peu à peu.
Ragaillardi, j’ai pu affronter ma journée et finalement, je ne suis pas allé acheter le jeu. J’ai économisé de l’argent. Je n’ai pas encombré un peu plus le peu d’espace qui reste chez moi avec un jeu aurait qui rejoint ceux auxquels je n’ai pas encore joué. Pourtant conscient de tout cela, au fond de moi, je suis rassuré d’avoir pu préserver ma cartouche anti-déprime, cette munition à un coup à la durée souvent fugace, pour une autre fois.

Si je vous raconte cette anecdote, c’est pour vous présenter des émissions que j’ai trouvées intéressantes et qui invitent, sans jugement et avec  bienveillance, à la réflexion.

Entre passion et consommation JDS : quoi en penser ?

La première que j’ai regardée est celle de Carine de la chaîne Carnet de jeux. Dans la mesure où elle est relativement courte et m’a donné envie de consulter les trois autres, elle me semble une bonne introduction en la matière. Dans sa vidéo « Entre passion et consommation JDS : quoi en penser ?« , Carine s’interroge sur notre rapport possible aux jeux de société en terme d’achat ou de pratique. Elle y propose ses propres réflexions en s’appuyant sur des vidéos des chaînes L’Ecole du jeu et ZE INCREDIBLE ainsi que sur une émission du podcast Analysis Paralysis. Elle aborde notamment les notions de rejouabilité, d’oniomanie, de FOMO, a contrario de JOMO…

 

NON, tu n’as PAS BESOIN d’un nouveau jeu de société !

De son côte, dans sa vidéo NON, tu n’as PAS BESOIN d’un nouveau jeu de société!, JP nous présente avec humour cinq raisons pour lesquelles nous n’avons besoin d’acheter un jeu, ainsi que sur la responsabilité des influenceurs. Là encore, le but est de nous faire réfléchir, et en connaissance de nos travers possibles de décider de faire chauffer ou non notre carte bleue.

 

Qu’en pense Pénélope ?

De prime abord, la durée de l’épisode Première analyse du podcast Analysis Paralysis peut faire peur : deux heures et six minutes en arrondissant. Afin de soigner mon karma, je vais être sympa, le chapitre qui concerne directement le sujet « rapport au jeu, consommation, etc. » est le troisième. Il débute vers un heure treize. Il y a un lien en bas de la page de l’émission. Dans sa chronique, Pénélope de Penelope Gaming nous présente ses réflexions sur les questions de profils de joueurs, d’achats, du FOMO, d’influenceurs, de rejouabilité, etc. Elle est suivie d’échanges avec les autres chroniqueurs dans lesquels ils partagent leurs visions et leurs comportements dans lesquels je me suis parfois pleinement retrouvé.

 

Réflexions de retour d’Essen

Enfin, dans leur vidéo Nos Achats Essen 2023, ZE INCREDIBLES partagent eux-aussi leurs visions des choses.

 

Voilà, j’espère que ces pistes de réflexion vous intéresseront. Prenez bien soin de vous.

Cadeau pour ceux qui ont lu cet article jusqu’au bout, un lien vers une page, parmi d’autres, qui explique la méthode BISOU, acronyme de Besoin, Immédiat, Semblable, Origine et Utile, moyen mnémotechnique pour se souvenir de cinq questions à se poser avant d’acheter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *