Vendredi 21 Février : mon deuxième jour au F.I.J. 2020 et la première journée ouverte au public.

Ce fut une petite journée pour moi. Je ne me suis rendu au festival qu’en fin de matinée et j’ai passé une bonne heure de l’après-midi à me balader dans Cannes pour faire découvrir cette ville à un ami : la plage étant en travaux pour rapporter du sable cela nous a fait perdre une partie de nos rêves sur cette plage mythique.

J‘ai pu jouer à Res Arcana et finalement mes impressions mitigées de l’année dernière ont été abandonnées. C’est un jeu qui a un fort potentiel et qui devrait plaire aux gamers amoureux d’optimisation via des combos de cartes. Merci aux deux joueuses qui m’ont accompagné avec mon ami. Ce fut une très bonne partie avec un excellent finish.

 

Par la suite j’ai pu jouer à Save The Mepples de chez Blue Cocker en version surdimensionnée. Le matériel du jeu est très beau et immersif, même à taille normale, mais le jeu ne m’a pas plus emballé que ça. Ce n’est pas un mauvais jeu mais il ne nous a pas spécialement intéressé. Peut-être qu’on devient un peu blasé.

J’ai également refait une partie d’Above qui a confirmé tout le bien que je pensais de lui.

 

Le festival a été hier bien rempli toute la journée mais les tables de jeux restaient accessibles. On trouvait sans trop de difficulté une table libre pour faire une partie et, avec un peu de patience, on pouvait même accéder aux jeux les plus demandés. Les éditeurs s’adaptaient en augmentant en cours de journée le nombre de tables pour les jeux attirant le plus le public.

Pour le Off, la formule parfaite n’a toujours pas été trouvée. Des difficultés sont toujours présentes comme pour ces deux grands auteurs qui se sont vus refuser le droit de venir présenter leurs derniers prototypes car ils n’étaient pas pré-inscrits sur la liste des auteurs ayant réservé une table (malgré une demande d’inscription faite par Bruno Cathala). C’est comme cela que nous avons vu repartir assez furieux mercredi Christophe Bollinger (Ludically, Salade de fruits et la gamme Dungeon Twister) et hier soir Bruno Cathala que nous avons rencontré à la sortie de notre restaurant fortement courroucé.

Dans la nuit j’ai refait une partie de Nidavellir cette fois en configuration deux joueurs. Le jeu semble très bien fonctionner quel que soit le nombre de participants (2 à 5).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *