Alchimistes

Baltus ! Baltuuuus !
— Oui maîîîître
— Viens mon petit, j’ai besoin que tu goûtes ma nouvelle potion.
— Euh… non merci ! La dernière fois, cela m’a valu de rester au lit toute une semaine !
— Allons, allons ! Il le faut, je suis sur le point d’identifier cette nouvelle molécule, ce qui marquera le point culminant de ma carrière.
… Et te permettra enfin de finir ta thèse… »

Vous avez toujours rêvé d’être un grand scientifique, de faire des découvertes qui vont révolutionner le monde, sauver des vies et vous rendre riche et célèbre ? Et bien retournez à la fac bande de gros flemmards, je ne peux rien pour vous ! Par contre si vous avez envie de vous amuser et de racler la soupière autour d’une table avec quelques camarades autour d’un bon jeu alors posez-moi ces fourches et ces torches, rasseyez-vous et venez découvrir Alchimistes de Matúš Kotry, édité chez Iello.

Dans Alchimistes chaque joueur – entre deux et quatre – incarne, devinez… un alchimiste dont le but est d’identifier les molécules associées à chacun des huit ingrédients utilisés pour faire des potions. Bon d’accord, dit comme ça, ça n’a pas l’air super ludique, mais voyez la suite !

Screenshot_2015-07-28-09-27-53Screenshot_2015-07-28-09-30-42Screenshot_2015-07-28-09-30-56Tout d’abord la particularité sympathique du jeu : il se joue à l’aide d’une application mobile. Elle est gratuite, disponible sur Android, iOS et Windows phone et – c’est important pour moi – respectueuse de votre vie privée, utilisant uniquement la caméra de l’appareil sans chercher à accéder à tout votre répertoire de contacts ou autre.

À noter que bien qu’il soit plus pratique que chaque joueur utilise son propre téléphone ou tablette, un seul est tout à fait suffisant pour toute la table. Il est même éventuellement possible de s’en passer totalement, un joueur supplémentaire pouvant faire le boulot de l’application, bien que ce soit complètement dénué d’intérêt ludique pour lui.
Cette application a deux fonctions : initialiser une nouvelle partie en affectant de manière aléatoire chacune des huit molécules à un des huit ingrédients – soit 8! = 40 320 combinaisons possibles – et prendre en photo deux ingrédients afin de vous donner le résultat du mélange.

Car oui, c’est ainsi que seront identifiées les molécules : le mélange de deux ingrédients et donc l’association de deux molécules donnera une potion pouvant être bleue, rouge ou verte et de signe positif ou négatif ou bien une potion neutre.

Maître, comment est-ce possible, quelle est cette diablerie derrière tout ça ?
— Prends un siège et assieds-toi Baltus, je vais t’expliquer. »

Chaque molécule est composée de trois éléments : un vert, un rouge et un bleu pouvant chacun être de charge positive ou négative ainsi que de taille petite ou grosse – un peu comme les quarks dans les noyaux des atomes dans la théorie de la chromodynamique quantique dans la vraie vie, mais je m’égare. Ainsi lorsque deux molécules sont mélangées – donc lorsque deux ingrédients sont pris en photo –, les éléments colorés les composant sont assemblés pour former une potion.

PotionsLe type de potion obtenue sera déterminé selon les règles suivantes : seuls deux éléments de même couleur et de même charge mais de taille différente réagissent tandis que deux éléments de même couleur mais de charge opposée ou deux éléments de même couleur et de même charge mais de même taille s’annulent.

Dans l’exemple ici présent, pour le  premier mélange les deux éléments positifs rouges de taille différente interagissent, alors que les charges opposées des éléments verts et bleus s’annulent. La potion obtenue est donc rouge positive.
Dans le second mélange, ce sont les deux éléments verts positifs de taille différente qui réagissent, les deux positifs rouges de taille identique s’annulent tout comme les bleus de charge opposée. La potion est donc verte positive.

De fait, de Grillepart la composition différente des huit molécules, leur mélange ne permettra l’obtention que d’une potion d’une seule couleur et charge possible. Dans le cas éventuel où toutes les couleurs et charges des éléments sont opposées, la potion ainsi produite est neutre. Le résultat de chaque mélange d’ingrédients est noté sur un feuillet dédié permettant de faire différentes déductions concernant les possibilités d’association entre les molécules et les ingrédients.

Par exemple, l’image ci-contre montre quelles molécules ont été éliminées par déduction pour le champignon et le crapaud. La potion obtenue avec ces deux ingrédients était rouge positive, symbolisée par le marqueur insérée à la croisée de ces deux ingrédient sur le tableau (la pastille avec une croix blanche sur fond rouge). De fait on peut automatiquement en déduire que les molécules correspondant à ces deux ingrédients doivent avoir leur élément rouge de charge positive et ainsi toute les molécules contenant une charge rouge négative ont été éliminées.

Et donc c’est tout ce que vous avez à faire de votre journée, mélanger des ingrédients et me les faire boire ?
— Dis donc jeune insolent qui ne connaît rien à rien, crois-tu qu’il soit aussi facile de devenir un grand alchimiste tel que moi ? Non bien sûr il faut également trouver les ingrédients, ainsi que des fonds pour pouvoir continuer mes recherches et acheter des artefacts pouvant m’y aider et puis surtout publier mes résultats sans oublier de réfuter ceux de mes confrères mais néanmoins adversaires. »

Une partie d’Alchimistes se découpe en six tours. Lors de chacun de ces tours, les joueurs placent un certain nombre de pions d’actions – entre trois et six, dépendant du tour et du nombre de joueurs – sur les différentes actions disponibles parmi huit :

  • récolter un ingrédient, au choix parmi cinq disponibles pour le tour ;
  • vendre un ingrédient contre une pièce d’or ;
  • fabriquer et vendre une potion à un aventurier différent à chaque tour et ayant des besoins spécifiques ;
  • acheter un artefact chez l’antiquaire, offrant soit un bonus, soit des points de victoire ;
  • publier une théorie associant une molécule à un des ingrédients ;
  • ou bien réfuter une théorie déjà publiée par un adversaire ou par soi-même ;
  • tester une potion sur un étudiant en mélangeant deux ingrédients ;
  • Ou bien la tester sur soi-même.

 

alchimistsplateau

La différence entre les deux dernières actions sont que l’étudiant boit une potion gratuitement tant que celle-ci est de signe positif, mais demandera un paiement d’une pièce à partir du moment ou il aura ingurgité une potion négative – les étudiants, ce n’est plus ce que c’était ! Tester sur soi est en revanche gratuit mais peut entraîner des malus si la potion est négative. Lors du sixième tour, ces deux actions sont remplacées par une exposition permettant de faire quelques points de victoire supplémentaires.

Qu’est-ce que vous racontez, maître, quels points, quelle victoire ? Je n’y comprends rien.
— C’est du jargon mon petit, c’est une façon de mesurer sa renommée entre spécialistes du domaine. Un jour, lorsque tu souhaiteras ardemment prendre ma place, tu t’y intéresseras de plus près. »

Car oui dans Alchimistes, la victoire s’obtient en gagnant de la renommée acquise principalement en publiant ou réfutant des théories – plus quelques extra comme les artefacts. Le jeu encourage d’ailleurs à vite publier et de nombreuses fois, avec supplément de renommée et d’argent pour les plus rapides. Il est possible de publier une théorie fausse ou incomplète – par exemple dont un des trois éléments est encore incertain. Mais attention, la découverte d’une publication fausse en fin de partie cause d’énormes pertes de renommée. Il existe cependant la possibilité de s’en protéger si seulement un des éléments d’une molécule est inconnu.

Mais maître, finalement combien êtes-vous d’alchimistes en concurrence dans la ville ?
Mmm, vois-tu Baltus, en fait ça dépend des mardis… »

Comme dit précédemment, le jeu peut se jouer de deux à quatre joueurs. Il tourne bien dans les trois configurations mais entraîne de nets changements dans sa physionomie. À deux joueurs, chacun a six pions d’action par tour et, du coup,  est beaucoup moins gêné par les actions adverses ou l’ordre du tour. La partie devient ainsi très axée sur la gestion personnelle et le vainqueur sera surtout celui qui aura le mieux anticipé ses actions. À trois ou quatre joueurs ce n’est déjà plus la même chose : le nombre de pions d’action plus faible et la concurrence plus grande font que la gestion devient beaucoup plus difficile et le choix de sa position de jeu dans le tour est une décision qui se pèse longuement.

DSC_0111

En effet lors de chaque tour, un jeton premier joueur circule dans le sens horaire. Ce premier joueur n’obtient en réalité que le privilège de placer son pion en premier sur les emplacements d’ordre du tour. Plus il le met haut et plus il pourra jouer dans les premiers mais il gagnera alors moins de cartes bonus. Lorsque tous les joueurs ont posé leur pion pour l’ordre du tour et récupéré les cartes bonus associées – des ingrédients ou des cartes avec des aides –, le joueur positionné en dernier place ses pions actions. Puis les autres joueurs les placeront dans l’ordre remontant jusqu’au premier joueur.

De fait, être le dernier joueur est particulièrement handicapant car en plus de devoir placer ses pions d’action en premier – et donc dévoiler sa stratégie du tour –, il ne réalisera ses actions qu’après tous les autres, se faisant éventuellement devancer pour une publication ou une vente. Il risque également de rater l’achat d’un artefact dont certains offrent des bonus vraiment – trop – puissants, comme regarder un ingrédient joué par un adversaire lors de la création d’une potion, information importante sachant que les résultats des potions sont toujours dévoilés publiquement.

Et tous ces autres alchimistes, sont-ils de même rang que vous maître ?
— Et bien, disons que suivant les jours on assoupli ou renforce un peu la dureté de nos échanges afin que les abrutis apprentis comme toi puissent montrer ce qu’ils savent faire. »

IngredientsAlchimistes peut se jouer en deux modes de jeu : apprenti et maître. Hormis le fait que les ressources de départ sont plus faibles dans le second et qu’il y soit imposé de publier plus, la principale différence se fait sur la façon de réfuter les théories. En mode apprenti, il suffit simplement d’annoncer que telle molécule n’est pas associée au bon ingrédient et de demander à l’application de le confirmer.

En mode expert il faut, en revanche, expliquer pourquoi une théorie est fausse – quel élément est incorrect – et en plus proposer et expliquer une expérience qui permettra de le mettre en évidence. Par exemple si l’élément rouge d’un ingrédient est négatif alors qu’il est publié comme positif, il faudra proposer une expérience impliquant cet ingrédient qui générera une potion rouge moins montrant ainsi qu’il est impossible que son élément rouge soit positif. Il est ainsi même possible avec un peu d’habilité de réfuter plusieurs théories à la fois !

Bien que les différences entre les deux modes de jeux peuvent sembler assez anecdotiques au premier abord, ces changements apportent en réalité une différence importante dans le rythme des parties. De part le fait que, en mode maître, le jeu pousse à publier rapidement avec moins de ressources en début de partie, les joueurs sont amenés à prendre plus de risques et à bluffer davantage. Ceci couplé au fait qu’il soit plus difficile de réfuter les théories, le jeu n’en est que plus dynamique et trépidant.

Au final Alchimistes est un très bon jeu, vraiment prenant, il demandera la mise en marche de tous vos neurones afin de déterminer le plus rapidement possible la composition des ingrédients. Même s’il n’est pas dénué de petits défauts, comme des artefacts trop puissants et une part de chance qui peut avoir des effets importants en début de partie, ils ne sont en rien rédhibitoires et ce jeu vous occupera de nombreuses soirées ; prévoir tout de même entre deux et trois heures pour une partie…

54ca3c86ae631

Alchimistes est un jeu de Matúš Kotry
Illustré par David Cochard
Édité par Iello

Les illustrations sont
© 2014 Czech Games Edition
© 2015 IELLO pour l’édition française

Bas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *