Paris est Ludique 2015 – c’était bien… mais fatigant, mais bien

Ouf ! Paris est Ludique 2015 est terminé, et les chimériens en sont rentrés é-pui-sés ! Il faut dire que cette cinquième édition s’est déroulée sous les meilleurs auspices pour les organisateurs, la manifestation ayant réuni les trois éléments du succès : un temps superbe, un public nombreux et des invités prestigieux venus présenter leurs nouveautés. Du coup, ces deux jours parurent trop courts pour pouvoir tester tous les alléchants projets annoncés d’ici la fin de l’année.

pelb03D’année en année, le festival parisien se professionnalise un peu plus. D’ailleurs, les éditeurs et les auteurs ne s’y trompent pas, puisque tous les grands titres annoncés pour le deuxième semestre 2015 étaient présents en avant-première au public : du Mafia de Cuba des éditons Lui-Même à Shakespeare chez Ystari, tous les genres étaient proposés à un public venu en nombre.

Le festival a connu une forte affluence dès l’ouverture, au point que la file d’entrée du matin faisait plusieurs centaines de mètres. Les ludophiles avertis savent bien que les places sont chères aux nouveautés les plus attendues, certaines tables étant sur des roulements constants avec souvent une à deux heures d’attente. Il faut alors savoir ronger son frein et profiter des opportunités offertes de tester des créations moins connues qui peuvent s’avérer de petites pépites.

Un festival très chaleureux… plutôt oui

Pelb02Quand on n’arrive pas à trouver une place libre à une table de jeu pour expert, autant s’orienter vers les nombreux pupitres proposant des créations rapides et conviviales, pour les enfants (Coco King de chez Gigamic  génère un certain attrait auprès d’un public plus âgé) comme pour les adultes : Minuscule de chez Bombyx, Targets des éditions Blackrock, ou cet espèce de poker japonais appelé Kobayakawa édité par Superlude.

Souvent on se dit « Ah ! mais je ne vais pas m’enfermer à l’intérieur pour jouer à des jeux de société alors qu’il fait si beau dehors ! »… avec Paris est Ludique, on bénéficie des deux : on joue ET on profite du beau temps. On en profite même à fond… parfois un peu trop tant le soleil tape sur la terre desséchée du boulodrome Léo-Lagrange qui, piétinée par des milliers de chaussures, se transforme en poussière recouvrant tout, visiteurs, organisateurs, animateurs, tables et jeux.

Alors… on joue ou bien ?

Mais à quoi joue-t-on dans ces allées peuplées ? La réponse est simple : à tout ce qu’on veut, pourvu qu’on veuille un peu se balader dans les allées.

Déjà, il y a les terrains de pétanque qui permettent de faire des parties de l’excellent Mölkky. Mais les chimériens n’avaient pas vraiment le temps de bousculer des quilles finlandaises. Si nous nous étions organisés pour être présents dès l’ouverture, c’était pour pouvoir atteindre les tables les plus convoitées du festival.

pelb05Certains d’entre nous ont d’abord voulu retenter les expériences très sympathiques du Festival international des jeux de Cannes en testant à nouveau les excellents Mafia de Cuba (déjà cité plus haut) et Crossing dont nous reparlerons très bientôt sur ce blog. Mais on peut déjà considérer ces deux jeux de bluff comme de futurs habitués des soirées de la Boite à Chimère.

Au niveau des nouveautés plus ou moins proches, plusieurs titres ont reçu les suffrages unanimes de l’équipe. Nous avons ainsi noté l’intrigant Shakespeare de chez Ystari, sur lequel assez peu d’informations avaient fuité. C’est un jeu d’optimisation clairement conçu pour des experts du cube en bois où il s’agit de réaliser la meilleure création théâtrale en embauchant des comédiens, des costumiers et des décorateurs. L’activation de ces personnages permettra d’acquérir des éléments de décor ou des costumes et d’avancer sur des pistes représentant les trois actes d’une pièce. Très immersif, Shakespeare devrait être bien accueilli par les amateurs du genre. Là aussi, nous avons bien l’intention d’en reparler prochainement.

pelb06L’autre gros succès collectif dont les tables n’ont pas désempli du week-end a été Mysterium. À la base, nous ne sommes pas tous des grands amateurs de jeux coopératifs… des semi-coop’ à la rigueur (et si possible dans le rôle du traître), mais dans le cas présent, il faut bien avouer que la prochaine sortie de Libellud a mis tout le monde d’accord : les apprentis-médiums vont se bousculer à nos réunions bihebdomadaires. Dans Mysteriumun fantôme incarné par un maître du jeu doit, à l’aide d’images souvent oniriques, faire deviner à une équipe de médiums (ses camarades) des associations entre trois types de cartes : un personnage, un lieu et un objet. On pourrait résumer grossièrement ce concept à un mélange entre Cluedo et Dixit, mais c’est un raccourci qui ne rend pas hommage à la finesse du jeu. Tiens, ça mériterait un article à part entière…

Demandez le programme !

pelb10Il est difficile de faire le tour d’un évènement aussi riche que Paris est Ludique. Déjà parce qu’on n’a pas tout essayé, ni tout vu. Faute de temps, impossible d’assister aux rencontres ou aux présentations des jeux par des invités aussi prestigieux que Bruno Cathala, Bruno FaiduttiCharles Chevalier, Antoine Bauza… Nous n’avons pas non plus participé aux tournois, ni été aux représentations d’impro ludique, aux démonstrations d’escrime ou aux remises des prix dont la maintenant fameuse « Patate d’Or » décernée cette année à Christophe Boelinger.

Mais si nous n’avons pu apprécier ces évènements, c’est pour profiter des opportunités de découvrir des jeux à venir ou encore en projet. Le festival offre en effet un large espace dédié aux prototypes, souvent d’excellente qualité, dont certains d’ailleurs trouveront un éditeur sur le salon. On peut aussi noter l’augmentation conséquente des stands consacrés aux projets participatifs : Hope chez Morning Players, Deal American Dream, Conan… qu’ils soient lancés par des petits éditeurs ou des structures plus connues, leur développement indique que l’économie ludique bouge. Nous aurons justement l’occasion de revenir plus en profondeur dans les prochaines semaines sur ces découvertes ludiques ainsi que d’autres titres à venir :  7 Wonders – duelSheriff of Nottingham, Raptor, L’Auberge Sanglante, Kuromaku…

Alors, en attendant de nouveaux articles consacrés à nos coups de cœur à venir, on vous propose un petit jeu simple… saurez-vous trouver Charlie ?

   pelb07

Illustration © Paris est Ludique 2015 / Martin Vidberg – Photos © Boite à Chimère / Fabrice & Kristoff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *