Discover – Terres inconnues

Discover – Terres inconnues est un jeu de survie et d’exploration pour 1 à 4 joueurs. Chaque joueur incarne un personnage qui devra tant bien que mal survivre dans un environnement plutôt hostile, et trouver une issue plus ou moins heureuse à l’aventure scénarisée qui l’attend. Vaste programme !

Votre boîte est unique !

Avec Discover – Terres inconnues, l’éditeur Fantasy Flight Games, alias FFG, mise sur le concept de « votre boîte est unique ! ». Si une partie du matériel de jeu (pions de personnage, dés, plateaux individuels,…) est commune à toutes les boîtes, l’autre est spécifique à la vôtre. En effet, parmi tous les scénarios, terrains, objets, personnages, etc., disponibles, un algorithme en sélectionne quelques-uns pour former un assortiment unique. Par exemple même si 2 boîtes contiennent les mêmes terrains, elles ne contiendrons pas exactement les mêmes scénarios, les mêmes animaux… Chaque boîte est donc unique. Bien sûr, tous ces éléments ne sont pas sélectionnés totalement aléatoirement : l’algorithme veille à ce que votre boîte contienne tous les composants nécessaires à la résolution de vos scénarios (terrains, objets, …). Si le scénario vous demande d’aller récupérer une statuette de chat dans un igloo, votre boîte contiendra le terrain avec un igloo et la carte « statuette de chat ».

Petit détail, lorsqu’on achète une boîte, il n’y a aucun moyen de savoir ce qu’elle contient avant de l’ouvrir : c’est la surprise ! Les joueurs complétistes risquent de grincer des dents ayant l’impression de n’avoir qu’un bout de jeu. Au contraire, ceux qui aiment les surprises devraient apprécier.

 

Qui suis-je ? Quelle est ma destinée ?

Le début de l’aventure commence par le choix d’un des 5 scénarios que propose chaque boîte de Discover – Terres inconnues. Ce scénario conditionne la mise en place du terrain dédié. Le terrain de vos aventures est composé de tuiles Terrain qui s’imbriquent les unes dans les autres. Lors de la mise en place, seule la tuile Terrain sur laquelle vous débutez l’aventure est placée face visible. Les autres sont disposées face cachée. Sur ces tuiles apparaissent le type de terrain (désert de sable, neige, …) et divers éléments susceptibles de vous intéresser (ex. : arbre, animal, construction, …).

Ensuite, parmi 12 personnages différents, chaque joueur sélectionne celui qu’il va incarner sachant que chaque personnage possède une compétence spécifique : par exemple, du fait de son entraînement d’alpiniste, Jasmine Limjoco a plus de facilités pour se déplacer. Enfin, chaque joueur reçoit un plateau individuel qui lui permettra de suivre l’évolution de sa forme physique.

Où suis-je ? Où vais-je ?

Généralement les scénarios débutent de la façon suivante : vous vous réveillez près d’un feu de camp, vous ne savez pas où vous êtes, ni vraiment comment vous êtes arrivés là et encore moins comment échapper à votre condition. Heureusement, vous avez quelques rations de survie avec vous. Enfin quand je dis « quelques », c’est une ration de nourriture et une ration d’eau par personne. Bon, autant vous l’annoncer tout de suite, avec ça vous n’allez pas festoyer longtemps.

Mais il y a quand même de bonnes nouvelles. Déjà, vous vous réveillez près d’un feu allumé ! Rapidement vous comprendrez combien ce feu est précieux.

Autre bonne nouvelle, vous avez un cerveau. C’est bien connu, quand on n’a pas de pétrole, on a des idées. Ça tombe bien car vous n’avez pas de pétrole. Du coup vous avez des idées, enfin une idée (oui, juste une !) : dès le départ vous avez en tête un projet qui vous permettra de confectionner un objet. Bon, certes un seul objet, ça peut paraître faiblard, mais cet objet se révélera certainement utile à un moment donné. Cela peut aller de la massue à la veste en cuir, en passant par la gourde, particulièrement utile pour transporter de l’eau… enfin, si vous en trouvez ! Je vous l’accorde, si vous avez le projet pour construire une nasse à poissons et que vous vous retrouvez en plein désert de sable, il va falloir garder la foi ! Heureusement, au fil de la partie, vous aurez accès à d’autres projets et pourrez donc créer d’autres objets.

Bien sûr, vous vous en doutez, pour fabriquer un objet, il faut des composants (bois, cuir, …), et ces composants, il va falloir les trouver. Allez, je ne suis pas vache, je vous aide un peu : le bois, on le trouve au niveau des arbres et le cuir plutôt sur les animaux ! Mais n’anticipons pas sur les actions que vous pourrez accomplir, car, youpi, l’inventaire des bonnes nouvelles de début de partie n’est pas fini.

 

Dans quel état…

En effet, truc plutôt sympa, vous commencez la partie en pleine forme : la santé va bien et vous avez une bonne dose d’endurance.
Sur votre plateau individuel, votre santé est représentée par 3 cadrans. Ces 3 cadrans représentent les 3 dommages que vous pouvez subir avant d’expirer. Le système est très simple et intuitif. Au début de la partie, ces 3 cadrans sont chacun sur la position avec un petit cœur indiquant « pas de dégât ». A chaque fois que vous prenez un dégât, vous passez un cadran depuis la position « pas de dégât » vers la position indiquant le dégât subi. Ainsi, si vous ne buvez pas alors que vous avez soif, PAF, vous récupérez un dégât de déshydratation. Pour indiquer ce dégât, vous tournez un des cadrans sur le symbole « déshydratation » (celui avec le petit verre d’eau !). Il y a 3 autres types de dégâts que vous pouvez subir : inanition si vous ne mangez pas, maladie par exemple si vous buvez de l’eau croupie, et blessure en cas de chute, de mauvaise rencontre, … Si à un moment donné votre plateau individuel indique que vous avez déjà 3 dégâts et que vous devez en subir un 4ème, vous êtes mort. L’aventure et la partie s’arrêtent pour vous. Dur ! Heureusement, je vous rassure, on peut soigner ses dégâts. Par exemple en buvant, on soigne un dégât de déshydratation. Logique !

L’endurance représente votre capacité d’action. D’une manière générale, toutes les actions que vous allez entreprendre vont vous coûter un certain nombre de points d’endurance. Le cadran en bas de votre plateau individuel sert à suivre son évolution. Quand votre compteur d’endurance tombe à zéro, vous êtes mort… non, je plaisante ! Vous ne pouvez juste plus agir et votre tour s’arrête. Nous verrons plus bas dans cet article comment regagner de l’endurance.

 

Le jour agir, la nuit subir.

Chaque journée se compose d’une phase de jour suivie d’une phase de nuit.

  • Phase de jour

Durant la phase de jour, vous allez pouvoir agir. En dépensant des points d’endurance, vous allez pouvoir vous déplacer, récupérer des ressources, chasser, pêcher, cuire de la viande sur votre feu, soigner vos petits bobos (déshydratation, inanition ou maladie), échanger des ressources, confectionner des objets, explorer les terrains inconnus et, lorsque vous trouverez des points de repères (une ruine, une grotte, …) enquêter pour progresser dans la résolution du scénario.

L’exploration de terrains inconnus se fait en retournant face visible une tuile Terrain qui était face cachée et en plaçant dessus les pions ressource, animal et végétation requis. Bien sûr, histoire de ne pas trop savoir ce que vous allez trouver en retournant un caillou ou en partant à la chasse, ces pions sont placés face cachée, le recto révélant ce que le destin vous a réservé !

L’action d’enquête se résout en piochant la carte correspondant au numéro du point de repère sur lequel vous êtes et en résolvant son effet. A cette occasion vous pourrez trouver des objets, faire des rencontres, etc.

  • Phase de nuit

Au début de la phase de nuit, vous allez piocher une carte Nuit. Cette carte Nuit vous indique pour tous les survivants ce qui va se passer durant la nuit.

La nuit commence par un bon repas. En général, la carte va vous demander de consommer soit de la nourriture, soit de l’eau. Chaque survivant qui ne le fait pas reçoit un dégât respectivement d’inanition ou de déshydratation.
Ensuite, vous allez dormir. Selon les nuits votre sommeil est plus ou moins réparateur. La carte vous indique alors le nombre de points d’endurance que vous regagnez. Dormir près d’un feu allumé, aide parfois à mieux récupérer.

Puis viennent des événements plus ou moins positifs. Si, si, de temps à autre il peut vous arriver un petit truc sympa. Mais je ne vous cache pas que souvent, la nuit, c’est le moment où les grosses bestioles se mettent en chasse, où les éventuels ennemis surgissent… Bref, très rapidement, vous vous rendrez compte que passer la nuit près d’un feu allumé apporte une relative sécurité. Oui, les animaux, le feu… je ne vous fais pas un dessin.

Une fois la nuit terminée, vous repartez frais et fringuant (enfin on vous le souhaite) pour une nouvelle journée.
Les jours et les nuits vont ainsi se succéder jusqu’à ce que vous terminiez le scénario ou qu’il n’y ait plus de survivant, ce que nous ne vous souhaitons pas bien entendu.

Nous ne vous dévoilons qu’une petite partie de ce désert. En vrai il est bien plus grand !
Euh, au fait, on est copain ou pas ?

Discover – Terres inconnues propose plusieurs modes de jeu plus ou moins coopératifs, voire même pas du tout.

Une variante officielle rend le jeu pleinement coopératif. C’est-à-dire que pour gagner le scénario, tous les personnages doivent survivre et remplir les conditions de victoire. Dans ce mode de jeu, on ne laisse personne sur le bord de la route. C’est du « un pour tous et tous pour un ».

Dans les règles initiales, c’est moins rose, plus pragmatique : le but premier de chaque personnage est de survivre, alors parfois, quand on manque d’eau ou qu’on croise une grosse bête féroce, ben, tant pis, on regarde ailleurs, sourd aux appels de détresse de l’infortuné compagnon. Il sera toujours temps d’honorer sa mémoire et son sens du sacrifice une fois qu’on sera soi-même tiré d’affaire. Dans ce mode de jeu-là, ceux qui à la fin du scénario ont survécu gagnent et ceux qui sont morts en cours de route, c’est cruel, mais ils ont perdu ! Forcément, dans ces conditions, tout est affaire de confiance, et selon les gugusses autour de la table, on réfléchit un peu plus avant de se mettre en danger pour aider les copains.

Enfin, un mode de jeu est carrément compétitif, version Highlander : « à la fin, il ne peut en rester qu’un ! ». Fini l’entraide, on se fait des crasses, on se tape dessus, on se pique les objets, les ressources, l’eau, la nourriture… c’est dit, c’est clair : à la fin, il n’y a qu’un seul vainqueur. Si les échanges de ressources, eau et nourriture sont toujours possibles, ne vous y trompez pas, les ententes ne peuvent qu’être éphémères. A moins d’utiliser la variante officielle du mode coopératif, le 5ème scénario de chaque boîte est dévolu au mode compétitif.

Voilà, après chacun est libre de choisir le mode de jeu qui lui convient le mieux.

 

Quid de la rejouabilité ?

Comme souvent avec les jeux à scénario, se pose la question de la rejouabilité.

Les quelques scénarios de Discover – Terres inconnues auxquels j’ai joués sont linéaires. Si vous jouez deux fois le même, il est fort probable que vous ayez épuisé tous ses ressorts scénaristiques. La rejouabilité est alors assurée par le changement de personnage et par tous les éléments aléatoires : disposition des tuiles Terrain, pions animaux, objets constructibles en début de partie, événements… Certes vous n’aurez plus le plaisir de la découverte du scénario, mais l’aspect survie, adaptation et exploration du terrain seront toujours là.

 

Doublon avec the 7th continent ?

Certains se posent la question de savoir si Discover – Terres inconnues et the 7th continent ne font pas doublon.

En effet, Discover – Terres inconnues et the 7th continent présentent une thématique commune. Dans ces deux jeux, il est question d’exploration et de survie. Dans les deux, on incarne un personnage qui va fabriquer des objets et découvrir au fur et à mesure ce qu’il doit faire pour échapper à son funeste destin. Mais la comparaison s’arrête là.

A mes yeux, Discover – Terres inconnues et the 7th continent ne font pas doublon dans la mesure où la mécanique de jeu est totalement différente, que ce soit dans la gestion de son endurance, la méthode de résolution des épreuves, la fabrication d’objet, etc. Il en est de même pour la représentation du terrain. Par ailleurs, d’une manière générale, la durée de résolution d’un scénario est bien plus courte sur Discover – Terres inconnues que sur the 7th continent.

Donc de mon point de vue, ces deux jeux ne font pas doublon, et peuvent sans crainte coexister dans une même ludothèque.

 

Conclusion qui n’engage que moi

Pour moi, Discover – Terres inconnues est une belle réussite :

  • La mise en place aléatoire et face cachée des tuiles Terrain procure une agréable sensation d’exploration.
  • Sans qu’elles ne soient trop hasardeuses, les parties de chasse offrent aussi leur part de frisson car il n’est pas impossible qu’en pensant aller chasser une gazelle on se retrouve face à un phacochère.
  • Chaque personnage n’a droit qu’à 3 dégâts, l’aspect « survie » n’est donc pas en reste. Mieux vaut ne pas gaspiller vos ressources et vos points d’endurance.
  • Même si les règles sont plutôt simples à comprendre et à retenir, le jeu demande tout de même une bonne part de réflexion et d’optimisation de son endurance. Attendez-vous à ne pas vous en sortir indemne !

Je suis friand de ce type de jeu aussi j’espère que FFG nous proposera sur le même principe de nouvelles aventures sous forme de petites boîtes uniques contenant juste les terrains, scénarios, cartes et pions nécessaires.

Discover – Terres inconnues est un jeu de Corey Konieczka
Les illustrations sont de plein de gens.
Il est édité par Fantasy Flight Games.
Il est prévu pour 1 à 4 joueurs.
Il est recommandé à partir de 12 ans.
La durée moyenne d’une partie est de 60 à 120 minutes (enfin, en théorie !).

 

Les images sont © Fantasy Flight Games.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *