GN « Red Dawn » : Au pays des Soviets des Yvelines

« Je m’appelle Yvonne Xavier. Ma vie a pris un tournant inattendu le week-end du 27 au 29 octobre 2017, quand des renforts de troupes soviétiques ont débarqué dans la commune de Lainville-en-Vexin en Île-de-France. Agricultrice dans un lieu-dit reculé de la butte du bois de Galluis, je n’avais pas trop souffert de la présence des Rouges, jusqu’ici.

La guerre froide a pourtant laissé place à la chaude en 1962, quand le premier missile nucléaire lancé de Cuba a frappé les États-Unis. Même si les deux grands ennemis, Communistes et Américains, ont ensuite renoncé à l’arme nucléaire, le conflit s’est étendu au monde entier. Dans les années 1990, les Soviétiques sont parvenus à modifier génétiquement leurs soldats pour en faire des sur-hommes. Contrairement à ce qu’ils disent, ce n’est donc pas grâce à la « ferveur idéologique socialiste », que les Rouges ont envahi l’Europe ! Résultat de la déroute de l’OTAN, notre chère France, y compris nos paisibles campagnes franciliennes, se trouve sous occupation de l’URSS depuis sept ans déjà.

J’avais pris l’habitude de donner de la nourriture et du matériel à des petits jeunes qui se cachaient dans notre maquis boisé des Yvelines. Des Résistants bien dégourdis avec lesquels j’ai sympathisé. Mais le 28 octobre 2017 j’ai reçu la visite d’agents malpolis coiffés de casquettes à l’étoile rouge. Ils ont constaté que je n’avais pas de « livret de citoyenneté » soviétique en règle. Ils m’ont obligée à descendre à la commune de Lainville pour y établir des papiers. J’ai du partir sur-le-champ, à pied, seule, dans la forêt infestée de malheureux atteints de la « rage des tranchées » ! Cette maladie terrible vous transforme en bête et vous devez vous faire vacciner régulièrement. Les Soviétiques sont des spécialistes du chantage aux vaccins ! Il en faut du travail gratuit à la mine pour les mériter. Heureusement j’étais provisoirement immunisée et mes petits amis de la Résistance m’ont guidée dans la forêt. Je comptais bien profiter de mon séjour à Lainville pour les aider d’une manière ou d’une autre…

Quand je suis arrivée dans ce triste village de palettes de bois et de tôles qu’était devenu Lainville, les Soviétiques étaient nombreux et excités. Un « terroriste », comme ils disent, venait de faire sauter sa bombe à côté du bar. L’infirmerie dirigée par l’organisation internationale de la Croix Verte était bondée de civils et de militaires en charpie. Tout le monde était à cran et la bureaucratie infernale soviétique m’a vite fait comprendre que mes papiers -absolument nécessaires- seraient leur dernière priorité ! Alors que je me plaignais un peu fort au bar de cette situation révoltante, le colonel de « l’Escouade Poutine » de l’Armée Rouge -du nom de leur président du Parti là-bas à Moscou- m’a copieusement houspillée.

J’ai appris que les Rouges organisaient une élection d’un représentant du peuple, une vaste blague pour faire croire aux Lainvillois qu’ils avaient leur mot à dire. Ni une, ni deux, j’ai décidé de me présenter. Mes adversaires : un gamin pacifiste et un peu paumé, et le parrain de la pègre locale en personne. Cet animal-là a arrosé tout le village de friandises pour assurer son élection. Ah mais je ne me suis pas laissée faire et j’ai proposé un programme bien simple : s’arranger avec les Rouges pour qu’ils partent de chez nous !

L’Escouade Poutine et son méchant colonel n’ont pas aimé cette proposition. S’il n’y avait pas eu un désaccord interne sur le fait de me torturer sur place ou dans leur camp éloigné, j’y serai sans doute passée. Heureusement, je ne savais rien des plans de la Résistance consistant à sauver des parachutés américains. Et la localisation de notre chef, le mystérieux Agent Roche, m’était inconnue !

Quelque chose a dû mal tourner dans la machine des Soviétiques car figurez-vous que c’est moi qui l’ai gagnée, l’élection du dimanche 29 octobre ! Il faut dire ça commençait à sentir le roussi déjà chez les Rouges. Il y a eu des morts dans une attaque suicide d’un Résistant infiltré chez eux. Sans compter leurs pertes importantes dues aux « enragés » dans la forêt, la pègre qui faisait son propre ménage chez les occupants, et les divisions fratricides entre les brutes et les « politiques » dans le camp-même des Rouges.

L’arrivée bien préparée des Américains de l’OTAN a permis une attaque de grande ampleur, avec grenades, explosifs, armes en tout genre, sur le camp retranché des soviétiques. Ce fut un beau feu d’artifice ! On a vu un robot américain, issu d’un projet top-secret. Ah ce fut bien la fête quand les Soviétiques ont été chassés de Lainville. Enfin, avec les survivants restants. J’étais un peu dépassée, je crois que mes concurrents à l’élection ont tout géré à ma place. Je ne sais pas trop ce que je vais devenir maintenant que Lainville est sous drapeau américain. Qui sait si les Rouges ne vont pas  revenir ? »

Le jeu de rôle grandeur nature  « Red Dawn », organisé du 27 au 29 octobre 2017 par l’association Just For Geeks at Devinci, est une création originale. Il proposait aux joueurs une dystopie communiste dans laquelle l’URSS envahit l’Europe. Trente-cinq joueurs se sont initialement répartis entre Soviétiques, Résistants et Civils. Douze à quinze « personnages non joueurs » (PNJ) ont été mobilisés. L’uchronie s’est jouée sur le terrain d’airsoft d’A.M.A France à Lainville-en-Vexin. Avec ses bâtiments de planches, ses tranchées, son train blindé et son épave d’avion, le lieu se prêtait parfaitement au jeu. Si le fortin des Soviétiques aurait gagné à être davantage aménagé et décoré, la place du village, comprenant le foyer central, le bar et la tribune, a constitué un lieu de rencontre (et une « safe zone ») de choix pour les personnages.

Le grand point fort du jeu selon moi fut la qualité du roleplay et l’immersion. Les organisateurs ont mis en place un système de règles simples, basé sur le réalisme. Les combats ne s’embarrassant pas de points de vie ou d’annonces, ils ont gagné en fluidité. Le fair-play des participants a bien fait fonctionner ce système. Celui des ressources a été pensé lui-aussi de façon efficace et leur quantité semble avoir été bien dosée. Grâce à la réactivité des organisateurs et à l’implication remarquée des PNJs (merci notamment à la BHL !), le rythme de jeu est resté dynamique tout au long du week-end et les couacs inhérents à une telle organisation collective ont été bien gérés.

Pour le prochain épisode, déjà plébiscité par de nombreux participants, les organisateurs pourront sans doute améliorer la communication et la préparation en amont. Les fiches de personnages proposées par les joueurs n’ont été que très peu retravaillées et mises en cohérence. Des éléments de contexte aurait pu être développés pour poser le décor avant le GN. Des posts roleplay ont bien animé la page Facebook du jeu, mais il a manqué d’informations plus générales, par exemple sur l’administration soviétique du bourg ou sur le contexte local. Le groupe des Soviétiques aurait eu besoin d’informations précises sur la (ou les) chaîne(s) de commandement et l’organisation des différents services en leur sein. Il aurait gagné en crédibilité dès le début du jeu.

Le GN Red Dawn a néanmoins tenu ses promesses en offrant tant aux adeptes du roleplay que du combat de nerf un jeu qualité. La situation politique à Lainville a réellement évolué au cours de la partie et le jeu s’est déployé dans de nombreuses directions. Tous les types de rôle, du commissaire politique au simple paysan, semblent ainsi avoir trouvé leur place et leur plaisir dans le jeu.

Toutes les photos qui illustrent cet article, y compris l’image de une, ont été réalisées par Poletech. Merci à eux.

Le GN s’est déroulé sur le terrain d’A.M.A France Airsoft. Merci à Tigre pour son accueil.

Une pensée sur “GN « Red Dawn » : Au pays des Soviets des Yvelines

  • 7 novembre 2017 à 19 h 05 min
    Permalink

    Un grand Merci à toi Yvonne j’ai eu grand plaisir à te lire et ainsi revivre ce superbe GN, revenez quand vous voulez ce fut un réel plaisir, Tigre d’Amafrance

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *